Philip K. Dick

Ecrivain de science-fiction que j’affectionne principalement pour ses nouvelles et surtout pour ses idées d’histoires. Après m’être renseigné sur sa vie, je me dis qu’il est vraiment étonnant que cet homme ait réussi à écrire tout simplement. De problèmes mentaux en divorces, d’alcoolisme en drogue, persuadé d’avoir été contacté par des extra-terrestres, son parcours est incroyablement triste.  Et pourtant, il a été très productif en terme d’idées.

J’adore le pitch de son premier roman Le maître du haut-château : La seconde guerre mondiale n’a pas la fin que nous lui connaissons. Les débarquements d’Afrique et de Normandie ont échoué et les alliés capitulent en 1947. L’Allemagne, l’Italie et le Japon se partagent le monde. Le héros, un écrivain, est recherché pour avoir écrit un livre de science-fiction sur une fin différente de la guerre où les alliés auraient gagné ! Si ce n’est pas génial ! Cela s’appelle une Uchronie (en fait il y en a deux dans le livre). Pourtant, je n’ai pas spécialement aimé le livre, juste l’idée.

La plupart de ceux qui ne connaissent pas ses écrits, connaissent certainement les films inspirés de ces nouvelles. Le premier est Blade Runner, adapté de la nouvelle Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques. On remarquera d’ailleurs l’ambiance glauque de ce futur. Certains diront même que c’est un film d’anticipation. Cette vision a été une base au mouvement Cyberpunk, un autre sous-genre  de la science-fiction comme l’est également le Steampunk. L’ironie malsaine de la vie veut que Philip K. Dick soit mort quelques jours avant la sortie du film au grand public.

Autre production avec l’ex gouvernator de Californie en devenir : Total Recall, également tiré d’une nouvelle, tout comme Minority Report de Steven Spielberg ou Paycheck de John Woo.

Cependant, je vous conseille quand même  de découvrir cet auteur par ses livres ou au moins par un livre. Outre les recueils de nouvelles, si vous devez tenter un roman, c’est Le dieu venu du Centaure. Cet ouvrage reprends vraiment les thèmes récurrents dans l’univers de Dick. Dans un futur où l’homme a colonisé les planètes habitables du système solaire, une société d’importation de jouets utilise des precogs pour connaître à l’avance la popularité de leurs futurs produits. Bien sûr, les jouets ne sont qu’un prétexte à un commerce de drogues hallucinogènes projetant le consommateurs sur une Terre idéalisée qui n’existe plus. Voilà pour le thème de départ, je ne peux pas en dire plus sans spoiler.

En résumé, Philip K. Dick possède lui aussi une place de choix dans mon univers (en même temps, je ne fais jamais d’articles sur des auteurs qui ne m’inspirent pas hein ^^), surtout pour ses idées en général plus que pour sa façon de les développer. Essayez de le lire, qui sait ?

Un commentaire Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*