D’où viennent mes idées?

Mon cerveau est en ébullition constante et chaque personne que je rencontre, chaque situation (même banale) de la vie, chaque émission/film/série à la TV, chaque livre, bref, tout est sujet à idée. Laissez-moi vous donner un exemple typique :

Je dois aller faire les courses : j’allume la télé le temps de me préparer, tiens c’est aujourd’hui l’éclipse. Et si toutes les personnes nées à cette date avaient une crise cardiaque ? en gros 1/365ème de la population mondiale qui disparait… Quelles en seraient les conséquences ? Allez, je sors de chez moi. Mais… et s’il n’y avait plus de dehors ? le néant total…  L’appartement devient le reste de l’univers connu… Que se passerait-il au bout de deux jours ? une semaine ? un mois ? non, dehors existe toujours ! ouf, mais il est en noir et blanc. Ce n’est pas un problème de vue, l’intérieur est toujours en couleurs ! mais alors quoi ? perception altérée ? que provoque ce phénomène ?

Je continue ? ok.

Je prends l’ascenseur. Et si le miroir à l’intérieur était maintenant une vitre et une autre personne se trouve de l’autre côté, elle aussi dans un ascenseur ? et les portes s’ouvrent et je vois un homme en noir qui entre avec un couteau et assassine cette personne, puis se tourne vers moi et essaie de casser la vitre… ou alors les portes s’ouvrent et je vois « l’autre côté » être un monde merveilleux… ou horrible… finalement, mon ascenseur reste normal mais c’est en sortant que je ne suis plus là où je devrais être ? et dans le hall de l’immeuble, mon facteur n’est plus le type sympa que je connais, mais un messager maléfique qui a décidé de mettre dans chaque boîte aux lettres un message avec la date de la mort de chacun de nous ! et tous les postiers font la même chose, chaque humain connait maintenant la date de son trépas, que se passerait-il ?

Je vais m’arrêter là, je pense que vous avez compris le concept. Quand une de ces idées me séduit, que j’ai moi-même envie de savoir ce qui se passerait, je la laisse grandir et mon imagination prends le relai pour me raconter cette histoire, et, à mon tour, je la couche en mots pour vous la raconter.

Voilà, c’est aussi simple que ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*